L'immobilier à Audincourt
24 fév

La production de crédits immobiliers dans le Doubs toujours en bonne voie

Maison blanche  la hausse (reflet)

2016 est une année record en matière de production de crédits. D’après la Banque de France, à la fin octobre, la production de nouveaux crédits cumulée avait atteint 188 milliards d’euros, un chiffre en hausse de 10 % par rapport à la même période en 2015. Et 2017 n’est pas partie pour faire moins bien… « Signe de l’embellie de fin d’année, Cafpi a monté 6 650 nouveaux dossiers durant le mois de décembre 2016 contre 3 650 l’année précédente », précise Philippe Taboret, directeur général de Cafpi. D’ailleurs, en ce début d’année, les agendas des courtiers sont déjà pleins. Plus que jamais les candidats à l’accession souhaitent profiter des taux toujours bas et des prix encore stables.» Vous voulez acheter un bien immobilier dans le Doubs ? Faisons ensemble le point.

La production de crédits immobiliers a finalement atteint 230 milliards d’euros en 2016. Évidemment, nul ne pouvait s’attendre à une baisse des taux de près d’un point sur un an et à la nouvelle vague de renégociations de prêt qui en a découlé… « Pour 2017, même si nous recevons encore les dernières demandes de rachat des retardataires, l’activité devrait être soutenue uniquement par les acquisitions », prévoit Sandrine Allonier, directrice des relations banques de Vousfinancer, réseau de 150 agences de courtage en crédit, chez qui la production de crédits a atteint pour la première fois 2 milliards d’euros en 2016, en hausse de 28 % par rapport à 2015.

Des taux encore intéressants
Du côté des taux, en tout cas, pas de quoi paniquer. Même si les premières remontées ont été confirmées en janvier, celles-ci restent limitées. « Les banques ont des objectifs pour 2017 très ambitieux car équivalents à ceux de 2016, souligne Jérôme Robin, président de Vousfinancer. En outre, tant que la Banque centrale européenne ne remonte pas ses taux de refinancement proches de zéro et taux de dépôt toujours négatifs, les banques restent incitées à prêter ! Dans ce contexte, elles devraient avoir la volonté de maintenir des taux de crédit attractifs et pourraient même peut-être faire le choix de les baisser à nouveau au printemps, période clé pour l’immobilier.»

C.V. / Bazikpress © Onidji

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée