L'immobilier à Audincourt
28 jan

Le point sur les années 2016 et 2017 dans le secteur de l’immobilier à Montbéliard !

2017 new year

En 2016, l’activité immobilière nationale a été très dynamique (838 000 transactions enregistrées sur un an). Les volumes ont progressé de 11% sur un an pour atteindre le point le plus haut des 10 dernières années et les indices Notaires – INSEE sont également en hausse sur un an : +1,4% pour les appartements anciens et + 2% pour les maisons anciennes. Deux raisons principales expliquent la bonne santé du marché : des taux de crédit à l’habitat toujours bas et un phénomène de rattrapage après trois années d’attentisme de la part des acheteurs. Et la bonne nouvelle, c’est que si le volume de ventes dépasse le volume annuel moyen constaté sur la période 1999-2007, les prix, eux, malgré la pression, ont peu remonté. Alors, que se passera-t-il en 2017, année d’élection présidentielle si vous souhaitez investir dans un bien immobilier à Montbéliard ?
Selon les experts, 2017 devrait rester dynamique. Et même si les premières remontées de taux constatées en décembre se confirment en janvier, celles-ci pourraient rester limitées en 2017, les banques ayant la volonté de continuer à prêter autant, voire même davantage pour certaines… D’autant que les différentes aides de l’État ont été maintenues, qu’il s’agisse de l’accession à la propriété (PTZ) ou du soutien à l’investissement locatif (Pinel). À ce titre, il faut dire que le Pinel a été élargi à l’ensemble du territoire. La zone C, celle où l’offre de logements répond déjà largement à la demande locative, peut donc elle aussi être éligible au Pinel.

Un coup de pouce fiscal
Pour lutter contre la crise du logement, Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, propose aux propriétaires qui remettent sur le marché leur logement vacant en location vide, tout en modérant le loyer, une déduction applicable sur les loyers encaissés, de 15 à 85%. Elle a décidé de mobiliser des logements existants dans le parc privé afin que les ménages en difficulté ou moins argentés puissent tout de même se loger. Le dispositif devrait permettre de récupérer en trois ans 50 000 logements vides.

C.V. / Bazikpress © trahko

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée